21 juillet 2005

L'incompréhension

Moi : L'avantage de bousculer les vieilles à qui je piquais un sac, c'est qu'elle criaient de douleur plutôt que de crier "au voleur". Comme ça, j'étais peinard pour prendre la fuite.
Alban (mon pote) : mais c'est salaud !
Moi : Tout de suite les grands mots ! Je ne le faisais pas méchamment, c'était juste pour ma sécurité.

Posté par agaga à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur L'incompréhension

Nouveau commentaire